Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Notes personnelles de Pierre Charnier qu'il intitule : Lamentations ! Souvenir du 23 mai 1856, jour au cours duquel 800 francs ont été donnés à sa fille "mal à propos et sans [s]on avis".

Lyon (Rhône)

Langue français
Cote

MS RUDE 378 f.302

Description matérielle notes manuscrites issues du journal de Pierre Charnier 1 folio recto-verso
Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

La déception de Pierre Charnire se traduit par l'affirmation que sa fille est "nourrie, logée, blanchie, entretenue avec une distinction d'ouvrière aisée", tandis que lui, le "père" est "privé d'un bureau" désiré depuis vingt-cinq ans. Il impute ce report de dépense à son épouse qui, trahissant sa confiance, a donné une forte somme à sa fille, "oubli[ant] ses devoirs d'épouse pour ceux de mère, pla[çant] sa fille au-dessus de son mari".

Pierre Charnier semble bouleversé par cette découverte à un point tel qu'il indique avoir pensé au suicide, retenu par l'interdit religieux.

Au verso 302, Pierre Charnier mentionne qu'il a passé la soirée au cabaret, "dans l'intention d'alléger [[s]es pensées de désespoir".

Accès contrôlés
Mot-matière : Récits personnels  ; Journaux intimes  ; Pères ; Mères  ; Rôle parental  ; Éducation ; Jalousie ; Économie domestique -- Comptabilité  ; Suicide ; Suicide -- Aspect religieux ; Cabarets
Nom géographique : Pont de la Feuillée-- Lyon (Rhône) ; Lyon (Rhône) -- Hôtel de ville
Nom de personne : Agathe Charnier ; Colette Blanc (épouse Charnier) ; Rousset ; Collet ; Pierre Charnier