Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Demande adressée au ministre secrétaire d'Etat au département du Commerce, pour la création d'un Conseil des Prud'hommes, par les propriétaires, architectes et ouvriers en bâtiment de Lyon et faubourgs, complétée d'ajouts et compte-rendus sur les diverses évolutions de cette demande, réitérée par trois fois.

Lyon (Rhône), 24 mai 1844

Langue français
Cote

MS RUDE 375 f.232-233

Description matérielle lettre manuscrite 2 folios
Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

En note, dans la marge gauche, sont indiqués les lieux et dates de la rédaction et de la signature de la première demande : chez Geoffroy, restaurateur aux Brotteaux, le 24 mai 1844 .

On trouve aussi, noté en rouge, la retranscritpion d'une partie d'un dialogue entre Hippolyte Paul Jayr, alors préfet du Rhône et Pierre Charnier, secrétaire des réclamations, lors de la première remise de la demande au préfet en 20 septembre 1844 . Jayr est prié de la remettre au ministre.

En note également, un ajout d'Arquillière portant sur le caractère essentiel de l'institution du Conseil des Prud'hommes.

En bas de page, Pierre Charnier note en rouge un ajout qui fait le parrallèle entre les fonctions dont les prud'hommes sont investis et celles des anciens maîtres gardes (allusion à un petit groupe de maîtres tisseurs, choisis parmi les meilleurs, qui étaient chargés de veiller au bon fonctionnement des ateliers, avant la Révolution). Il note que cette addition a été effectuée "sous les auspices de la Révolution de février".

A la suite de cette demande, on trouve un compte-rendu datant du 10 mars 1848 , dans lequel est précisé que les notes faites en rouges constituent les passages ajoutés à la seconde demande, adressée à Emmanuel Arago, alors commissaire du département du gouvernement provisoire de 1848. Ces additions ont été décidées lors d'un rassemblement de plus de six cent maîtres ouvriers du bâtiment, à la Rotonde, présidé par Pierre Charnier, nommé pour son efficacité pour la rédaction de la première demande et les démarches qui en découlèrent en 1844.

Enfin, au bas du verso 1, une observation de Pierre Charnier souligne qu'une copie a été présentée au préfet de la Coste, le 10 mars 1850 , "date anniversaire de la deuxième lecture en réunion" de la demande.