Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Compte-rendu de diverses affaires relatives à la fonction de prud'homme de Pierre Charnier.

Lyon (Rhône), 16 et 17 avril 1856

Langue français
Cote

MS RUDE 378 f.266-267

Description matérielle notes manuscrites issues du journal de Pierre Charnier 2 folios, verso du premier et recto du second
Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

Pierre Charnier relate ici la proposition de Coquard qui, ayant été payé par deux billets de cent francs insolvables, lui offre la moitié de la somme s'il parvient à se faire payer. Pierre Charneir explique comment il accepta la mission, refusant néamoins la récompense, précisant : "Coquard ne savait pas qu'un prud'homme ne doit jamais s'exposer à ressembler à un intrigant".

Au bas du recto 267, en date du 17 avril 1856, Pierre Charnier rédige une lettre adressée à la veuve du docteur Guyenot dans laquelle il lui demande de cesser de le relancer pour le paiement de visites que son défunt époux n'a, selon lui, jamais effectuées.

Notes, au bas du verso 267, au sujet de l'issue de l'affaire concernant la chef d'atelier Bonjour et son apprenti. Le médecin déclarant que ce dernier n'était pas malade mais avait simplement besoin de repos, Pierre Charnier lui explique que "le repos de la jeunesse consistait en exercice de marche matinale".