Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Lettre de Demarre adressée à Pierre Charnier dans laquelle il l'entretient de l'organisation de la commande d'oriflammes aux curés des diocèses auprès des employés de la Fabrique lyonnaise.

Lyon (Rhône), 29 juillet 1848

Langue français
Cote

MS RUDE 377 f.169

Description matérielle lettre manuscrite 1 folio,

traces de cachet de cire en verso 1

Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

Demarre souligne la nécessité de définir la quantité d'oriflammes à produire afin de décider de la quantité de soie à acheter. Il conseille un filateur du Sud qui pourra proposer un bon prix, dans "l'intérêt de la classe ouvrière", insistant sur l''importance que cette entreprise se concentre sur les travailleurs les plus nécessiteux. Demarre profite d'ailleurs de cette lettre pour annoncer que le curé du diocèse de Beaucaire, où il se trouve lui-même, s'associe à la commande, et demande par conséquent à Pierre Charnier de transmettre les dessins des oriflammes et les prix qui leur correspondent à Hébrard.

Demarre recommande encore à Charnier un ancien notaire dont le bureau se trouve aux mines de la Loire, maison de la veuve Guérin Banquier, qui représente selon lui un appui précieux, au sens où cet ami est "bien avec le préfet".

Demarre achève sa lettre sur la formule suivante : "l'esprit des villes du midi est excellent, malheur à celui qui parle anarchie avec des intentions coupables".