Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Brouillon d'une lettre de Pierre Charnier adressée à Baudron dans laquelle il lui fait part de la saisie dont il a été victime commandée par la commission de répartition.

Lyon (Rhône), 10 juin 1848

Langue français
Cote

MS RUDE 377 f.121

Description matérielle lettre manuscrite 1 folio
Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

Pierre Charnier plaide ici son droit à terminer la pièce d'écharpe débutée, attribuée à sa femme. Il conteste la décision de la commission de répartition de la commande d'écharpes et de drapeaux en étoffes de soie, effectuée par le gouvernement provisoire à l'attention des employés de la Fabrique. Cette décision implique qu'il rende, puisqu'en contravention avec les restrictions énoncées, la pièce commencée et qu'elle revienne à la tisseuse Vert.

Au verso1, en marge gauche, Pierre Charnier note une citation extraite d'un pamphlet daté du 05 juin 1848.

Au dessus de cette citation, est inscrite une liste de noms correspondant à des prud'hommes marchands-fabricants. Ils sont tous barrés à l'exception de Bret. Or, dans sa lettre, Pierre Charnier attribue sa condamnation à deux prud'hommes marchands-fabricants.