Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Lettre de Pierre Charnier adressée à Armand Audiganne, chef de la division de l'industrie au ministère de l'intérieur, en réponse à son précédent courrier, daté du 07 mars 1852.

Lyon (Rhône), 26 décembre 1852

Langue français
Cote

MS RUDE 380 f.326-342

Description matérielle lettre manuscrite 17 folios,

numérotés de 1 à 14 puis de 5 à 9

Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

Pierre Charnier justifie le retard de sa réponse par la demande émanant de Balleidier, président de la Caisse de prêt. Pierre Charnier décrit son ressentiment à l'égard de cette institution qu'est la Caisse de prêt en détaillant tous les ressorts de cette organisation. Cette critique fait écho aux nombreuses disputes qu'a connu Pierre Charnier avec les personnes qui s'occupent de la Caisse.

Pierre Charnier mentionne à l'encre rouge qu'il a effectué une copie de la seconde partie de la lettre, folios 339 à 341 (numérotés de 5 à 9) , qu'il a transmis à Arnaud, agent de la société de garantie. Cette partie concerne le piquage d'once.

Piquage d'once : sorte de vol qui se pratique chez les producteurs de soie quand on subdivise un paquet de soie en portions plus petites.

Pierre Charnier donne son avis sur les nouveaux dispositifs de répression du piquage d'once. Il relate une conférence qui eut lieu à l'Hôtel de Ville entre lui et les marchands-fabricants, à laquelle assista Michel Chevalier. Cette partie est ratureée et comporte des notes rétrospectives à l'encre rouge.