Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Notes autour des anecdotes du 29 avril 1856.

Lyon (Rhône)

Langue français
Cote

MS RUDE 378 f.280-281

Description matérielle notes manuscrites issues du journal de Pierre Charnier 2 folios recto-verso
Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

Au recto 280, Pierre Charnier relate le témoignage d'un compagnon dont la chef d'atelier vient de mourir et qui réclame ce qui s'avère être une part de l'héritage.

Suit la notification d'une accusation émanant de la demoiselle Baizet concernant Percevaux. Elle l'accuse d'avoir tué son père d'un coup de bouteille.

Au verso 280, Pierre Charnier mentionne la consultation donnée à la veuve Curion qui s'inquiète de ne pas avoir déclaré une ouvrière qu'elle loge.

Au verso 280, au sujet d'une demande de défense de la veuve Revolon, incarcérée et accusée d'avortement illégal, l'avocat Lançon donne à Pierre Charnier le conseil de se tenir à distance de pareilles affaires.

Pierre Charnier note que l'abbé Courbet lui a annoncé que sa biographie était en train d'être rédigée en vue d'être insérée dans L'Ecyclopédie Populaire.

Au recto 281, Pierre Charnier rédige une lettre adressée au marquis de Laroche-Jacquelin, au sujet de l'anniversaire du Musée des Tissus.

Au verso 281, il mentionne la rédaction d'un certificat concernant la durée du contrat d'apprentissage de Sophie Rigotier. A la suite, il note également le témoignage du chef d'atelier Vernay accusant son apprenti Paul Dupoizal de l'avoir insulté, défié et menacé de meurtre.

Pierre Charnier effectue également le dessin d'une tête de mort surmontant un parapluie, symbolisant l'accident mortel qui a frappé Carillon.