+on lit : « Je bibliothequaire [le Père Joseph Jouve] du collége de la très Ste Trinité bien me recorde que jadis, en mon jeune tems, ay vû et lû en nostre maison des champs sur le Rhosne, le présent livre imprimé, soit qu'il fut de céans, ou d'aucuns autres bons chrétiens et dévotes nonains de la cité. Pourtant, comme je n'ay bonnement pû le trouver, ne autrement l'acquérir au porfit du susdit collège, ay mis peine de l'écrire jouxte une copie qui m'est tombée es mains, l'an de grace 1748 ; et ce pour la devote consolation et royal passetems d'aucunes bonnes ames qui se plaisent es vieilles histoires et devisent volontiers des revenants. Faut noter que si allés jamais à Paris, pourrés truver le dit livre en la bibliothèque de l'abbaye de Madame Ste Genefvieve : car il est inscrit dans Bibliotheca Telleriana »