+Lettre adressée au secrétaire du Conseil des prud'hommes à laquelle est joint un questionnaire destiné à préparer les conseils généraux des manufactures et du commerce; ce courrier est communiqué par l'administrateur gérant du journal Le Moniteur des Conseils de Prud'hommes. Paris (France),05 décembre 1841
+Notes de Pierre Charnier en réponse aux deux premières questions du questionnaire de l'enquête nationale en vue des conseils généraux des manufactures et du commerce. Lyon (Rhône), décembre 1841
+Réponses de Pierre Charnier aux différentes entrées du questionnaire de l'enquête nationale en vue des conseils généraux des manufactures et du commerce. Lyon (Rhône), décembre 1841
+Lettre de Pierre Charnier adressée à Gentelet, président du Conseil des Prud'hommes, dans laquelle il lui demande la permission de venir en aide au chef d'atelier François Clément dont le compagnon Cuira s'est fait arrêter pour piquage d'once. Lyon (Rhône), 23 avril 1845
+Lettre adressée à Valnet, chef d'atelier, dans laquelle Pierre Charnier développe les enjeux que représente la possession du livret d'un compagnon. Lyon (Rhône), 16 octobre 1845
+Exposé concernant les cas de compagnons débiteurs, en ce qui concerne leur livrets, adressé au procureur du roi. Lyon (Rhône), 31 octobre 1845
+Lettre de Pierre Charnier dans laquelle il propose à Bacot de passer à son domicile afin de trouver un moyen de faire pression sur Farge, le compagnon qu'il employait, qui a détruit son livret pour qu'il n'existe plus de preuves de sa dette envers son employeur. Lyon (Rhône), 1er novembre 1845
+Ordre de mission émanant du président du Conseil des Prud'hommes pour que Guinet et Pierre Charnier effectue une enquête sur l'affaire qui oppose le chef d'atelier Bacot au compagnon qu'il employait, qui a détruit son livret pour qu'il n'existe plus de preuves de sa dette envers son employeur. Lyon (Rhône), 03 novembre 1845
+Lettre adressée à Pierre Charnier par Boiron, témoin dans l'affaire qui oppose le chef d'atelier Bacot au compagnon qu'il employait, qui a détruit son livret pour qu'il n'existe plus de preuves de sa dette envers son employeur. Lyon (Rhône), 1er décembre 1845
+Notes de Pierre Charnier concernant l'affaire qui oppose le chef d'atelier Bacot au compagnon qu'il employait, qui a détruit son livret pour qu'il n'existe plus de preuves de sa dette envers son employeur. Lyon (Rhône)
+Notes de Pierre Charnier concernant la déclaration d'un compagnon qui s'enfuisit de nuit de chez son employeur, Gardon, de peur que ce dernier conserve son livret. Lyon (Rhône)
+Lettre adressée au procureur du roi, rédigée par Pierre Charnier pour le chef d'atelier Magas, dans laquelle il effectue une réclamation contre le compagnon Jérôme Fayol, qu'employait ce dernier. Lyon (Rhône), janvier 1847
+Lettre de Pierre Charnier adressée au président du Conseil des Prud'hommes dans laquelle il lui transmet la copie de la lettre du compagnon Marmillon, adressée à son créancier et ancien employeur Valney. Lyon (Rhône), 12 août 1847
+Lettre de Marmillon, adressée à Valney, dans laquelle il lui démontre comment, malgré les efforts de Pierre Charnier et d'autres, il est parvenu à partir de Lyon et voyager où bon lui semble. Lyon (Rhône), 29 décembre 1845
+Lettre de Pierre Charnier adressée au président du Conseil des Prud'hommes dans laquelle il revient sur son dernier courrier dans lequel il fustigeait le compagnon Marmillon; il donne ici une version moins personnelle et plus formelle de son analyse des affaires auxquelles le compagnon est mêlé. Lyon (Rhône), 13 août 1847
+Lettre adressée à Pierre Charnier par Depassio dans laquelle il lui expose la situation du chef d'atelier Verney qui a employé le compagnon Guillon dont le livret était resté en gage chez son ancien employeur pour la somme dûe de vingt francs. Lyon (Rhône), 02 décembre 1847
+Lettre rédigée par Pierre Charnier pour le chef d'atelier Bessy, adressée au commissaire de police du quartier de la métropole, dans laquelle il dénonce son ancienne compagnonne, partie en gageant son livret pour la dette de douze francs, travaillant désormais dans l'atelier de son père, sans livret. Lyon (Rhône), 19 mars 1853
+Lettre de Pierre Charnier adressée au président du Conseil des Prud'hommes dans laquelle il lui expose son désir d'appliquer la même rigueur concernant la présentation des livrets aux chefs d'ateliers qu'aux marchands-fabricants. Lyon (Rhône), 11 octobre 1855