Contexte de cette unité de description

Synchroniser avec la table des matières  

Lettre de Perrin adressée à Colette Charnier dans laquelle il lui transmet l'article dans lequel son époux est attaqué, et lui conseille de le convaincre de se retirer de la société de Saint François Xavier, afin de rester le neutre représentant des travailleurs.

Lyon (Rhône), 11 juin 1847

Langue français
Cote

MS RUDE 376 f.436-437

Description matérielle lettre manuscrite 1 folio
Localisation physique Bibliothèque municipale de Lyon
Localisation physique Fonds ancien
relatedItem="host"

Fonds Fernand Rude

Présentation du contenu

Pour illustrer son avis sur l'impossible conciliation des fonctions conjuguées de membre de la société et membre prudhomme, Perrin prend l'exemple de la pétition qui circule alors parmis les ouvriers pour supprimer les métiers dans les ateliers communautés des frères des écoles chrétiennes.

Perrin affirme également que les membres dirigeants de la société entretiennent des opinions légitimistes. Il en profite pour rappeler que le représentant des droits des travailleurs se doit d'être apolitique et ne doit pas prendre de positions relevant de la religion ou de la politique.

Perrin se dit être la voix de nombre d'admirateurs de Pierre Charnier en sa qualité de défenseur de la classe ouvrière.

Ateliers communautés ou  couvents-ateliers : congrégations religieuses où, grâce à l'emploi d'enfants, étaient fabriqué à bon marché des ornements d'église, concurrençant le travail des ouvriers en soie.