Monologue dit par Paul Bourgès